Annelyse, étudiante en BTS SP3S, sur normandie-actu.fr

Caen Proposer un bilan santé gratuit pour les plus démunis : l'initiative d'une jeune femme de Caen

À 30 ans, Annelyse, ancienne hôtesse du casino Barrière de Deauville, s'est reconvertie et œuvre aujourd'hui auprès des plus démunis. Elle a mis en place un bilan santé gratuit.

Mise à jour : 24/02/2017 à 10:24 par Manon Loubet

 

(Photo © ML/Normandie-actu)
Annelyse Renaud, 30 ans, a mis en place un bilan santé gratuit pour les sans-abri, à Caen (Calvados). (Photo © ML/Normandie-actu)

Annelyse Renaud, 30 ans, cette ancienne hôtesse d’accueil, qui a travaillé pendant près de dix ans au casino Barrière de Deauville (Calvados), œuvre aujourd’hui auprès des plus démunis. La jeune femme a d’abord commencé en tant que bénévole auprès de la Croix Rouge, en effectuant des maraudes une fois par semaine.

 

Une vocation

Après avoir quitté le monde des paillettes, Annelyse a souhaité se consacrer aux personnes en grande précarité. D’abord bénévolement, puis elle a voulu en faire son métier.

Depuis la rentrée 2016, la jeune femme suit une formation pour devenir conseillère d’action sociale, spécialisée dans la grande précarité, « comme les SDF, les demandeurs d’asile, les marginaux, les migrants… »

"Nous leur donnons beaucoup, mais c’est incroyable tout ce que eux nous donnent aussi."

 

Un bilan santé complet gratuit

En stage au service Trait d’union, à l’ACSEA (Association calvadosienne pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence), du 2 janvier au 17 février 2017, dans le centre d’hébergement d’urgence de la Guérinière, à Caen, Annelyse a mis en place un bilan santé gratuit pour les plus démunis.

Jeudi 9 février 2017, la jeune femme a organisé cette journée santé, au sein du centre d’hébergement d’urgence avec plusieurs partenaires, l’UC-Institut interrégional pour la santé et une assistante sociale de la Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat).

"La journée a commencé à 8h30 autour d’un petit-déjeuner avec fruits et céréales, raconte avec dynamisme Annelyse Renaud. Ensuite, les personnes volontaires ont effectué une prise de sang, ont pu voir un médecin, un dentiste, un psychologue… Ainsi que l’assistante sociale, qui pour beaucoup, leur a permis de remettre à jour leurs droits santé."

Pas de soin sur place mais un premier bilan santé. « Bien souvent, ce n’est pas une priorité pour eux alors qu’ils ont des droits qu’ils peuvent utiliser pour se soigner ».

Une quinzaine de personnes s’étaient portées volontaires pour le bilan santé, le 9 février. En réalité, huit l’ont effectué. « C’est un bon chiffre, sachant que c’était une première. » Annelyse Renaud, qui est encore en formation, aimerait que son idée fasse boule de neige et incite d’autres structures d’accueil d’urgence à organiser, « au moins une fois par an », ce type de bilan santé complet gratuit.

Viadeo Viadeo

Toutes nos actualités